Battement de cœur pour une nouvelle vie

La petite Shadia, âgée de deux semaines, sur le chemin vers son opération du cœur en Israël. Un chemin compliqué vers un autre monde, au-delàs des postes de contrôles.

Soeur Lucia raccroche le téléphone. La réception a appelé: une ambulance attend devant l’entrée principale. La voiture va conduire la petite Shadia, âgée de deux semaines, à Jérusalem où elle subira une opération du cœur. La mère de Shadia, Rubaa, enveloppe la fillette dans des couvertures et la prend dans ses bras. Sœur Lucia les accompagne vers l’entrée. Les sanitaires prennent délicatement Shadia en charge. Rubaa est soulagée. Si tout se passe bien, les souffrances de Shadia seront terminées.  

Depuis la naissance de Shadia, Rubaa se faisait du souci. La petite était anormalement tranquille et souvent apathique. Lorsque sa peau a commencé à devenir bleue, la mère s’est immédiatement rendue à Bethléem. Les médecins ont vite reconnu les symptômes d’une malformation cardiaque. Lors des ultrasons, la cardiologue a remarqué qu’une valve du cœur ne fermait pas correctement. Médicalement, il s’agit d’une opération de routine. Toutefois, celle-ci n’est possible qu’en Israël, de l’autre côté du mur qui sépare Bethléem de Jérusalem. Environ 50 fois par année, le Caritas Baby Hospital organise des opérations du cœur en Israël. Avec l’aide de différentes organisations, Secours aux Enfants Bethléem assure le financement et les autorisations nécessaires pour la mère et l’enfant. 

Shadia, âgée de deux semaines, sur le chemin vers son opération du cœur en Israël. Un chemin compliqué vers un autre monde, au-delàs des postes de contrôles 

Changer de véhicule en bordure de route

L’ambulance roule vers la grande route qui conduit des colonies israéliennes de Cisjordanie vers Jérusalem. Juste avant la jonction, la voiture s’arrête en bordure de route et attend l’ambulance israélienne qui conduira Rubaa et Shadia à Jérusalem. Seul un véhicule israélien peut parcourir cette route et franchir les postes de contrôle. Lorsque le véhicule arrive de Jérusalem-est, les chauffeurs font le point de la situation. « Aujourd’hui, tout va bien » dit Ibrahim, le chauffeur de l’ambulance en provenance de Jérusalem. Rubaa et Shadia changent rapidement de véhicule.   

Après quelques centaines de mètres, ils arrivent déjà au poste de contrôle israélien. Le véhicule doit s’arrêter et est contrôlé. Deux soldats regardent à l’intérieur, font ouvrir quelques compartiments et contrôlent les papiers de Rubaa. Tout est en ordre. Vous pouvez continuer. Même si Ibrahim vit quotidiennement cette procédure, il est soulagé. Les contrôles ne se passent pas toujours aussi bien. Rubaa pense que c’est un bon signe. Après une demi-heure, ils arrivent au Makassed Hospital. C’est déjà le soir et, lorsqu’elle est installée dans sa chambre, la petite Shadia s’endort rapidement. Demain matin, elle sera la première à être opérée. Rubaa ne peut pas encore dormir. Elle regarde la vieille-ville de Jérusalem. C’est la première fois, depuis quinze ans, qu’elle est en Israël. Pourtant, elle n’est pas impressionnée par la beauté de la ville. Elle ne souhaite qu’une seule chose : retourner à Bethléem avec Shadia en bonne santé. Si tout se passe bien, dans trois jours, elle sera de retour.