Marian Petro - Caritas Baby Hospital

Un choc pour moi – comme pour elles


Marian Petro, Responsable du service de nutrition clinique

Regards sur Bethléem, No. 36, mars 2016

Marian Petro dirige le service de nutrition clinique du Caritas Baby Hospital.

Au début de ses études en sciences alimentaires, Marian Petro ne pouvait plus entrer dans un restaurant. « Sur chaque assiette, j‘analysais la composition du menu,  je m’imaginais tous les micro-organismes et toutes les bactéries qui se trouvaient sur la table devant moi. » Heureusement, ceci a cessé, explique la jeune femme. « Mais je me nourris très consciemment. » En Palestine, elle représente une minorité. Comme dans de nombreux pays du monde, les habitudes alimentaires d’une grande partie de la population ne sont pas très saines. « Beaucoup de personnes pensent qu’il faut se nourrir pour survivre. Mais grand nombre d’entre elles ne se doutent pas qu’une alimentation équilibrée peut avoir une influence positive sur la santé. » 

Marian Petro est diététicienne par conviction. Durant ses études déjà, il était clair qu’elle souhaitait travailler dans un hôpital, car le travail y est particulièrement varié. C’est pour cela qu’elle a postulé pour un poste au Caritas Baby Hospital. Afin de bien se préparer à son entretien d’engagement, elle s’est informée sur in-ternet. « Sur Youtube, j’ai regardé tous les films en lien avec l‘hôpital. Lorsqu’ils m’ont demandé si je connais-sais l’établissement, j’ai gagné des points », explique en souriant cette jeune femme de 25 ans.

Elle a eu plus de peine à répondre lorsqu’on lui a de-mandé si elle se sentait capable de diriger le service de nutrition clinique. Elle a hésité. « Je n’avais pas d’expérience de conduite, la plus jeune des six femmes de mon service avait au moins vingt ans de plus que moi. Ce fut un choc pour moi, comme pour elles. » En-tretemps, Marian Petro travaille au Caritas Baby Hospital depuis bien deux ans et, malgré son jeune âge, elle est très respectée. La diversité du travail en lien avec les régimes alimentaires et la nutrition est très vaste : Elle conseille les parents d’enfants souffrant d’épilepsie, de diabète ou de maladies cardiaques, contrôle les aliments destinés aux enfants hospitalisés, calcule la composition des biberons pour les prématurés, donne des confé-rences à l’hôpital et dans les écoles, discute avec le laboratoire, s’accorde avec les médecins … 

Changement thérapeutique de régime alimentaire 

Un thème la fascine tout particulièrement. Le régime cétogène pour les enfants souffrant d’épilepsie et ne réagissant à aucun médicament. C’est un régime médical où l’alimentation est radicalement changée. « Jusqu’à 90 pourcent de lipides et seulement 10 pourcent de glucides et de protéines », explique Marian Petro. « En Palestine, cette forme de thérapie pratiquée uniquement au Caritas Baby Hospital et ayant fait ses preuves dans le monde entier, affiche de bons résul-tats. Entretemps, des parents nous arrivent de tout le pays pour s’informer sur ce changement d’alimen-tation. » En février, Marian Petro a même donné une conférence sur ce thème à l’université où elle a fait ses études.