CEO Issa Bandak - Caritas Baby Hospital

Continuellement en mouvement


Issa Bandak, CEO du Caritas Baby Hospital (dépend du siège principal à Lucerne), membre du Comité exécutif

Regards sur Bethléem, No. 38, septembre 2016

Issa Bandak est directeur du Caritas Baby Hospital depuis cinq ans.

« Je ne suis pas fait pour rester tranquille. » Cette phrase illustre de nombreuses facettes de la vie d’Issa Bandak, directeur du Caritas Baby Hospital. Physiquement et mentalement, il est continuellement en mouvement. Son curriculum vitae est marqué par une activité créative stimulée par la vision, « passion », comme il l’appelle. C’est en roulant que cet homme de 43 ans prend souvent des décisions importantes. Il effectue chaque jour les déplacements entre son domicile, Ramallah, et Bethléem. « Un trajet dure au moins une heure, parfois aussi deux, lorsqu’il y a des barrages ou des problèmes au poste de contrôle. Malgré la fatigue, ce sont des moments durant lesquels je peux bien réfléchir. »

A l’âge de 17 ans, ses parents lui ont fait quitter Bethléem pour une petite université américaine, dans l‘Ohio. « En Palestine, la première Intifada faisait rage et ils avaient certainement peur que je dérape. » Il étudia l’économie, tout en gagnant son argent en tant que livreur de pizza. Il décrit le temps passé aux Etats-Unis comme une période très importante. Il a appris « l’ouverture d‘esprit » et ce que signifie de vivre seul, loin d’une mère qui s’occupe de tout. Il serait volontiers resté aux Etats-Unis, « mais cela ne s’est pas donné. Aujourd’hui, je suis reconnaissant d’être à nouveau ici. Je suis revenu à mes racines. »

Retour aux racines
En 1997, il rentra en Palestine et travailla pour une organisation de forages de puits. « L’eau était un thème important. Après les accords d'Oslo, le pays était plein de confiance et d'élan. » Pourtant, l’espoir de paix et d’un état autonome ne se réalisèrent pas, les projets de forages de puits échouèrent aussi. 

A la recherche d’un nouveau défi, Issa Bandak pris un poste dans un hôpital. « Je n’avais pas d’expérience en tant que manager dans le domaine de la santé, mais je ressentais une énergie particulière. Durant les études, tout  tournait théoriquement autour de l’argent et des chiffres. A l’hôpital, je pouvais être concret, je pouvais faire changer quelque chose dans la vie des patients », explique Issa Bandak. Cela le fascina tellement qu’il s’inscrivit  pour une formation de management d’hôpital au Georgetown Université de Washington. « Tout abandonner était audacieux car, entretemps, j’avais fondé une famille et elle allait m‘accompagner aux Etats-Unis. » Mais Issa Bandak est convaincu que c’était la bonne décision. « Aujourd’hui, en tant que directeur d’un hôpital pédiatrique, j’ai beaucoup de possibilité d’organisation et une large marge de manœuvre. Je peux influencer positive-ment et faire changer quelque chose de manière durable. » 

Malgré un quotidien professionnel très astreignant, il attache une grande importance à la vie familiale. Il passe beaucoup de temps avec son épouse Rula et ses enfants Jeries, Yasmeen et Zeina. Trouver un équilibre entre le travail et la famille n’est pas toujours facile. Mais, le chemin le plus facile n’a jamais intéressé Issa Bandak.

Partager