Le plus beau à l’hôpital, c’est la salle de jeux

Le plus beau à l’hôpital, c’est la salle de jeux


En raison d’une inflammation chronique des voies urinaires, Hala a besoin de traitements réguliers. Un suivi étroit est essentiel pour éviter des lésions rénales à la petite fille.

Photos : © Archive Secours aux Enfants Bethléem

Hala est une patiente du Caritas Baby Hospital depuis sa naissance. Une malformation de l’appareil urinaire est à l’origine de fréquentes et graves cystites et la fillette, habitant un village près de Bethléem, doit régulièrement être hospitalisée.

« Hala souffre d’un reflux vésico-urétéral, ce qui signifie que l’urine reflue vers les reins. L’objectif du traitement est de tuer les bactéries présentes dans les voies urinaires et de préserver les reins de tout dommage permanent. Nous constatons que, par chance, l’état de Hala s’améliore avec l’âge », explique la Dre Hiyam Marzouqa, médecin-cheffe de l’hôpital pédiatrique.

Peur des seringues et des piqûres
La fillette de quatre ans ne cache pas qu’elle n’apprécie pas vraiment de séjourner à l’hôpital : elle y associe piqûres, seringues et perfusion. Mais elle se sent bien dans la salle de jeux, surtout quand sa tante préférée Hoson est avec elle car, ensemble, elles peuvent rire en toute décontraction, construire des tours ou dessiner. Hoson tient toujours compagnie à Hala à l’hôpital, quand la mère de la fillette doit s’occuper de ses trois autres frère et soeurs à la maison.


Lors de ses séjours à l’hôpital, son frère et ses soeurs lui manquent beaucoup. A la maison, elle aime danser avec ses deux petites soeurs sur des musiques joyeuses. Elle adore se retirer entre filles dans sa chambre pour jouer. Son petit frère est encore un bébé, et elle s’en occupe déjà comme une grande. A l’hôpital, sans sa famille, elle se sent seule. Heureusement, elle a maintenant noué des liens d’amitié avec l’assistante sociale Jessica, les infirmières et d’autres patientes de son âge.

Un trou dans le budget du ménage
Pour la famille de Hala, sa maladie chronique représente une charge financière importante. Les médicaments, les contrôles ambulatoires, les traitements stationnaires au Caritas Baby Hospital – tout cela a un coût. Même la modeste participation aux frais médicaux creuserait un trou dans le budget de la famille.

La situation économique de la famille s’est encore détériorée depuis la pandémie de Covid-19. Les parents se tournent souvent vers les assistantes sociales de l’hôpital pour chercher avec elles des solutions. Et, fréquemment, il arrive que le service social dispense les parents de la franchise. La famille est très reconnaissante que la fillette soit si bien soignée à l’hôpital. Mais tout le monde n’attend qu’une chose : que Hala rentre bientôt à la maison.

Quand elle joue avec sa tante Hoson, la fillette est heureuse.

Partager