Un baiser qui frôle la mort

Un baiser qui frôle la mort


Rana se rétablit actuellement au Caritas Baby Hospital d'une infection cérébrale potentiellement mortelle : un signe d’affection de sa tante a failli lui coûter la vie.

L'infection par le virus herpès simplex de type 1 est généralement bénigne chez les adultes. Cependant, chez les enfants, le virus, qui se transmet souvent par des baisers, peut entraîner des infections mortelles. Tel est le cas chez Rana Abu Allan, une enfant de 15 mois d'Al-Thahariyeh, au sud d'Hébron.

À l’arrivée de Nagham (25 ans) est de sa fillette Rana au Caritas Baby Hospital, les médecins ont d'abord été confrontés à des signes étranges : la jeune fille souffrait d'une forte fièvre, était anormalement somnolente et vomissait à plusieurs reprises. Les résultats de ses analyses sanguines étaient peu clairs. Une ponction lombaire, au cours de laquelle du liquide céphalo-rachidien est prélevé à des fins de diagnostic, devait permettre de voir un peu plus clair. Le diagnostic a donc permis de détecter une inflammation du cerveau (encéphalite à HSV), qui est entouré du même fluide. Le Caritas Baby Hospital est l'une des rares institutions médicales en Palestine capables d’effectuer cet examen spécial.

Avant même la mise à disposition des résultats, le médecin traitant, le Dr Issa Abed-Rabbo, a prescrit un traitement spécifique pour une encéphalite à HSV, d’après ses soupçons. L’intervention rapide du médecin a sauvé la vie de la jeune fille et lui a assuré un avenir sans déficience neurologique. « L'inflammation du cerveau endommage les cellules cérébrales très rapidement. En temps normal, les enfants meurent d'une encéphalite à HSV ou s’en sortent avec un handicap mental », rapporte le médecin.

Rana a eu beaucoup de chance : après deux jours, son état s'est stabilisé. Le Dr Abed-Rabbo est également convaincu que son cerveau va se rétablir. La mère de Rana, Nagham, est soulagée : « Un simple baiser de sa tante aurait pu être fatal à ma fille. Grâce à la prise en charge rapide du Caritas Baby Hospital, elle est maintenant sur la voie de la guérison. » Jusqu'à la fin de la thérapie, début juillet, la jeune fille restera à l'hôpital pour être suivie.

Partager